45 Rue Joseph de Montfort, 73290 La Motte-ServolexTéléphone

L'estime de soi

© Dominique BAILON | 23 mai 2016

Le déficit d'estime de soi est un problème que je rencontre de façon presque récurrente. Le manque d'estime de soi s'accompagne souvent d'autres choses comme le manque de charisme, le manque de confiance en soi (ou plutôt l'impression de manquer de confiance)...
Je veux cependant dans cet article conserver mon "focus" sur l'estime de soi.
En premier je vais vous donnez quelques connaissances, en second je vais vous propose à la lecture un petit conte qui nous vient du Japon pour illustrer cet article.  

1. À propos de l'estime de soi.

Comment définir l'estime de soi ?
Le terme "estime" fait référence à la valeur que nous donnons aux choses, ce mot est aussi utilisé pour parler des autres (ex J'ai: pour cette famille beaucoup d'estime) mais aussi de soi. Certains se surestiment, à contrario d'autre se sous-estiment. Ils se sous-estiment car ils ne se reconnaissent que peu de valeur. Le manque d'auto-estime présente des conséquences fâcheuses comme une hyper-sensibilité aux critiques, de l'indécision, de la frustration...J'avancerai là comme possible cette définition "l'estime de soi se mesure par la valeur et l'amour que nous nous donnons".  Elle indique combien "je suis valable" et aussi "l'amour que je me porte", non pas dans un domaine spécifique, mais en tant que personne.
 
Sur quoi repose l'estime de soi?
L'estime de soi repose sur 3 facteurs principaux:
Le premier est l'amour que nous portons à nous-même. Il est profondément enraciné en nous, c'est l'amour inconditionnel que nous avons de soi et donc il n'est pas en lien avec nos réussites, échecs ou diverses circonstances. Mais rassurez vous si vous manquer d'amour de vous il est toujours possible de le développer ou de le retrouver. Les choses ne sont pas définitives.
Le second facteur est la vision que nous avons de nous. Ce regard reflète davantage ce que nous croyons de nous que ce qui en est vraiment. Elle est empreinte des préjugés que nous avons accumulés envers nous même et des influences négatives de l'extérieur.
La troisième et non des moindres est la confiance en soi, en fait elle repose sur la conviction que nous avons les bonnes capacités pour faire face à une situation. Elle nous donne des ressources nécessaires développer l'estime de soi.
 

2. Voici un conte du Japon qui illustre le manque d'estime de soi.

Dans une ville non loin de Tokyo, un sage reçut un jour la visite d’un jeune homme qui vint à lui pour lui demander conseil :
 - Maître, je viens vous demander de l'aide parce que je me sens si nul et si idiot que je ne suis capable de rien. Tout le monde me dit que je ne sers à rien, que je ne fais pas bien les choses, que je suis maladroit et que je suis le plus stupide des garçons de mon âge. Je ne sais pas si je peux m'améliorer, pouvez-vous me sauver?
Le sage lui dit en ricanant :
 - Je suis désolé, jeune homme, je ne peux pas t'aider, car je dois tout d’abord résoudre un problème important. Plus tard peut-être... et faisant une pause, il ajoute :
 - Mais , j'y pense, si tu voulais m’aider, je pourrais résoudre mon problème plus vite, et je pourrais peut -être ensuite m'occuper de toi.
 -  Euh... oui maître. Mais au fond, il se sentit de nouveau dévalorisé, pas écouté et ses besoins niés.
 - Voici une bague, poursuivit le sage.
Il enleva la bague qu’il portait à un doigt et la montra au jeune homme en disant :
 - Va chercher mon cheval, il est dans mon pré et file au marché de la ville voisine. Je dois absolument vendre cette bague car j'ai une dette à payer. Il faut que tu essayes de la vendre pour le mieux, mais n’accepte pas de vendre à moins d’une pièce d’or. Vas-y et reviens avec cet argent le plus vite possible.
Le jeune homme prit la bague et partit. Une fois au marché, il commença à montrer la bague aux marchands, qui la regardaient avec  peu d’intérêt. Lorsque le jeune homme parlait d’une pièce en or, certains riaient, d’autres le dévisageaient avec mépris.
Un marchand lui expliqua enfin qu’une pièce d’or était trop demandé  en échange de cette bague très simple. Il offrit donc une pièce d’argent. Mais le jeune homme refusa pour ne pas décevoir le vieux sage.
Il aurait tant aimé obtenir cette pièce d’or ! La donner au sage, pour le libérer de son souci et pouvoir profiter de son conseil et de son aide. Triste, il remonta sur le cheval et retourna chez le sage :
 - Maître, dit-il, je suis désolé, je n’ai pas pu obtenir ce que vous m’avez demandé. Je pourrais peut-être obtenir deux ou trois pièces d’argent, mais je crois que je ne pourrais tromper personne sur la véritable valeur de la bague.
 - Ce que tu dis est juste,répondit le sage. Nous devons tout d’abord connaître la véritable valeur de la bague. Reprends le cheval et va chez le bijoutier. Qui mieux que lui peut nous donner une réponse ? Dis-lui que tu voudrais vendre cette bague, et demande-lui combien elle vaut. Cette fois-ci, peu importe s'il te propose de l'acheter, tu ne dois pas la lui vendre. Puis reviens ici avec ma bague.
Le bijoutier examina la bague. Il la pesa, et dit :
 - Dis à ton maître, jeune homme, que s’il veut la vendre, je ne peux lui donner que 58 pièces d’or.
 - 58 pièces d'or?
 - Oui, répondit le bijoutier, je sais qu’avec un peu de temps vous pourriez obtenir bien plus, mais en ce moment je ne peux offrir que cette somme.
Le jeune homme revint auprès du sage. Il était impatient de lui raconter ce qui lui était arrivé.
 - Assieds-toi, dit le maître, après l’avoir écouté. Tu es comme ce bijou : un joyau, précieux et unique. Par conséquent, seul un expert peut t’évaluer correctement. Te connaître et te donner ta vraie valeur n’est pas à la portée de n’importe qui !